La pompe à chaleur gaz : le choix gagnant pour l’IDETA (interview)

Date | Tuesday, November 28, 2017

L’IDETA, l’agence de développement territorial de Wallonie Picarde, a inauguré l’extension de son centre d’entreprises « La Lanterne » avec un tout nouveau bâtiment dans le parc d’activités Qualitis à Enghien, « La petite Lanterne ». Celui-ci accueillera des startups dans des bureaux mais aussi dans quatre ateliers. Pour chauffer et refroidir le bâtiment, l’IDETA a opté pour une pompe à chaleur au gaz naturel. Une solution efficace, fonctionnelle et plus respectueuse de l’environnement que d’autres systèmes à base d’énergie fossile. Olivier Bontems, Directeur des équipements, des participations et énergie, nous explique pourquoi ce choix a été retenu.

La  Lanterne, un centre d’entreprises à Enghien, a récemment inauguré sa nouvelle extension. Composé de 4 halls, d’une dizaine de bureaux et de salles de réunion, le bâtiment de l’IDETA se veut respectueux de l’environnement mais aussi énergétiquement efficace.

L’enjeu énergétique est double car il ne faut pas simplement chauffer mais aussi refroidir les espaces puisque la présence humaine, les ordinateurs et autres technologies produisent de la chaleur. Pour remplir efficacement cette mission, le choix s’est naturellement porté sur le gaz naturel via une solution innovante : la pompe à chaleur. « Grâce à cette solution, on pourra produire à la fois du chaud et du froid, puisqu’elle est réversible. Aujourd’hui, les bâtiments modernes sont vraiment des thermos. L’avantage, c’est qu’on n’a pas besoin de les chauffer très fort mais en été, nous avons de réels besoins de rafraichissement… », explique Olivier Bontems, Directeur des équipements, des participations et énergie de l’IDETA.

Aller chercher l’énergie dans l’air

L’avantage des pompes à chaleur est qu’elles utilisent une énergie renouvelable et gratuite : l’air ambiant. « Nous allons chercher jusqu’à 75% de l’énergie dans l’air. En injectant un kilowattheure dans la PAC, on va potentiellement et à certains moments aller en rechercher 3, avec de meilleures performances énergétiques et environnementales », ajoute M. Bontems.

En utilisant le gaz naturel, le bilan environnemental et économique est maximisé. Contrairement à l’électricité, une énergie transformée, le gaz naturel peut être directement utilisé. « Quand on utilise un kilowattheure de gaz, c’est vraiment un kilowattheure. Pour l’électricité, on injecte toujours un kilowattheure mais il nécessite d’abord 2,5 kilowattheure d’énergie primaire pour être produit. Donc, le bilan environnemental est moins bon ».

Le coût d’achat du kilowattheure de gaz naturel est également moins élevé que celui de l’électricité. Au terme de l’année, la facture énergétique est donc moins lourde. Cette technologie permet également à la pompe à chaleur au gaz naturel de travailler sous des températures basses sans avoir besoin d’appoint. « La performance de la pompe à chaleur va décroitre avec la température extérieure. Sauf que l’avantage du moteur à gaz, c’est qu’il va produire de la chaleur que l’on va réutiliser dans le système et augmenter ainsi les performances », poursuit M. Bontems.

Même si les pompes à chaleur au gaz naturel ne sont pas encore très connues, elles bénéficient d’une technologie éprouvée. Les plus grands fabricants produisent les moteurs utilisés dans ces appareils. « Nous sommes sûrs que les performances annoncées vont être au rendez-vous. On a là quelque chose de disponible, de stable avec un bon bilan environnemental et économique. Cette technologie apporte confort et souplesse tout en répondant aux besoins spécifiques d’un bâtiment moderne. Ces différents arguments nous ont convaincus et nous voulons maintenant la faire connaître aux entreprises que nous hébergeons », résume M. Bontems.

Informer sur cette technologie

En plus des normes constructibles et d’isolation, l’IDETA espère que les solutions au gaz naturel seront privilégiées par toutes les entreprises qui vont s’installer à Qualitis. Car en installant ces nouvelles technologies, l’agence de développement territorial en WAPI espère aussi sensibiliser les dirigeants d’entreprise de demain à appliquer ces bonnes pratiques. « Le gaz est un vecteur naturel pour le chauffage. Pourquoi aller surcharger le réseau électrique quand le gaz est disponible, qu’il est plus performant et que les technologies existent ? », complète M. Bontems.

L’IDETA est d’ores et déjà prête à faire visiter son installation aux entreprises désireuses d’en savoir plus et à la recherche d’un meilleur équilibre entre bilan environnemental et économique.  Comme elle ne vend pas ces produits, elle se positionne en conseiller neutre, au service de la performance énergétique et économique des entreprises de Wallonie picarde.

Tout commence par un raccordement chez ORES

Avant d’utiliser le gaz naturel, il faut d’abord se raccorder au réseau. Chez ORES, les spécialistes du gaz naturel pour les grands espaces sont toujours disponibles pour répondre aux interrogations des entreprises ou pour les aider à trouver l’équipement le plus adapté à leurs besoins.

« ORES a un rôle important dans ce domaine car il est responsable du raccordement au réseau et de l’alimentation continue en gaz. Un projet comme celui-ci est très simple à mettre en œuvre et ne nécessite pas d’étude ou de grosse réunion préparatoire. C’est plutôt un avantage. Le réseau de gaz a un important potentiel d’accueil. Le client peut disposer d’une puissance importante sans réel problème. En électricité, par contre, si l’on ne se trouve pas dans une zone économique, on a un appel de puissance important qu’il va falloir payer. Ce n’est pas le cas avec le gaz naturel », conclut M. Bontems.

Vous souhaitez diffuser vos bonnes pratiques dans l’utilisation rationnelle de l’énergie ? Vous voulez partager l’expérience que votre entreprise a réalisée grâce à une nouvelle technologie liée à l’électricité, au gaz naturel ou encore à la mobilité durable ? 

Contactez-nous via communication@ores.net

Segment: Autorités Publiques