Le comptage intelligent : vision d’ORES

Date | Thursday, October 26, 2017

Ce 17 octobre, ORES a participé au colloque « Capteurs, compteurs communicants et/ou intelligents, smart grids dans les domaines de l'énergie et de l’environnement » organisé par l’ European Platform of Circular Economy, Écocir. L’occasion de présenter notre vision du comptage intelligent, les avantages pour les clients, le rôle des acteurs, et le déploiement envisagé par nos services.

Chez ORES, nous considérons que le comptage intelligent est indispensable dans le contexte de la transition énergétique pour permettre aux gestionnaires de réseaux de distribution d’accomplir deux missions principales.

Tout d’abord, faciliter le fonctionnement du marché. « Le compteur ne fait pas tout mais il permettra à certains acteurs de venir s’y connecter pour développer des services pour tous les clients. C’est dans ce sens-là que nous estimons que le comptage intelligent est nécessaire pour faciliter le marché », explique Olgan Durieux, responsable du programme Smart Metering chez ORES.

Actuellement, nous possédons peu d’informations sur les réseaux basse tension. Grâce à un développement généralisé des compteurs intelligents, ORES pourra détecter plus facilement des problèmes d’alimentation électrique sur ces réseaux et agir plus vite. Ils permettront aussi de mieux connaître et d’éventuellement renforcer les réseaux là où c’est nécessaire .

Pour assurer ces rôles, ORES estime qu’il est fondamental que les compteurs soient déployés de manière généralisée. Le déploiement est envisagé en deux phases. Dès 2020, nous souhaitons un démarrage du déploiement des nouveaux compteurs, en visant en priorité le remplacement des compteurs à budget actuels qui sont en fin de vie, les nouveaux raccordements, le remplacement des compteurs défaillants et les « prosumers ».

Dès 2024, l’objectif est de procéder au déploiement généralisé de compteurs électriques « par grappes », dans la mesure où cette solution est plus économique et plus simple à mettre en oeuvre.

Le comptage intelligent en quelques mots

Le comptage intelligent est un système composé de 3 éléments principaux. Les compteurs communicants ou « intelligents », les systèmes de télécommunications et les systèmes informatiques.

Ce sont les systèmes informatiques qui concentrent l’intelligence, plus que les compteurs eux-mêmes. En effet, si ces derniers communiquent et intègrent certaines fonctionnalités, ce sont les applications informatiques centralisées qui permettent de traiter les données et de faire évoluer l’ensemble du système de manière plus souple et sans devoir intervenir sur un volume important de compteurs.

Le comptage intelligent est utile à la fois pour les clients  et pour le gestionnaire du réseau.

Au niveau des clients, le système permet de nouveaux services offerts par le marché (conseils et gestion énergétique, flexibilité, pilotage, etc.) et une vue directe sur la consommation d’électricité. De plus, le client sera désormais facturé sur la base de sa consommation réelle, qu’il pourra consulter régulièrement, ce qui aura un impact positif sur le montant des régularisations.

« Certains services pourront aussi être réalisés à distance. Pour un passage du simple tarif au bi-horaire ou encore l’adaptation d’un prix par un fournisseur, tout se fera sans intervention humaine sur place », explique Olgan Durieux.

Les démarches administratives seront également simplifiées. Lors d’un déménagement, par exemple, la relève de l’index de sortie sera beaucoup plus précise.

Enfin, les processus de prépaiement seront eux aussi simplifiés, avec la disparition du système des cartes de rechargement. « Le prépaiement se fera sur la base des systèmes de télécommunication. Le même compteur sera déployé partout avec la possibilité d’activer ou de désactiver la fonction de prépaiement à distance. Le consommateur disposera donc d’une solution plus simple, avec en plus la disparition du côté « discriminant » du compteur à budget actuel, facilement identifiable par rapport au compteur normal », développe Olgan Durieux.

Dans le cadre de leurs missions, les gestionnaires de réseaux retireront divers avantages des compteurs intelligents dont la fonction première reste le comptage. « Ils permettront, par exemple, la détection d’incidents sur le réseau électrique basse tension, avec en corollaire, des délais d’intervention réduits pour nos techniciens», ajoute M. Durieux.

Ces compteurs contribueront aussi à une meilleure intégration des énergies renouvelables, au développement des véhicules électriques et à l’optimisation des investissements pour autant que leur déploiement soit généralisé comme le préconise ORES. Demain, de plus en plus de nouvelles charges vont venir se connecter au réseau. Grâce aux compteurs communicants, les services techniques auront une meilleure vue sur les différents points où des problèmes potentiels peuvent survenir et focaliser les investissements sur ces endroits.

Pour proposer une solution optimale à ses clients, ORES a procédé à différents tests-pilotes technologiques au cours des dernières années : courants porteurs de première génération (G1 PLC), GPRS, radio en 169 MHz, … Grâce à tests, nous avons pu opter pour la G3 PLC (les courants porteurs de ligne de nouvelles générations) comme solution privilégiée. Le potentiel de cette technologie a été testé et éprouvé ; elle constitue un atout pour le déploiement généralisé du comptage intelligent tel que l’envisage ORES.

Orientation client

Au cœur du déploiement des compteurs communicants : le client. Avec son projet Smart Users, ORES a pour objectif d’accompagner et d’informer les clients sur les nouveaux services qu’offre ces compteurs, tout en étudiant leurs besoins et en permettant de déployer des services répondant effectivement à leurs attentes. Nous les accompagnons aussi dans une meilleure gestion de leur budget énergétique avec des conseils en matière d’utilisation rationnelle de l’énergie.

Un projet pilote vient d’être lancé en ce sens à Saint-Ghislain dans la région de Mons. Le déploiement de compteurs communicants s’appuyant sur la technologie G3PLC a débuté le 16 octobre 2017 sur une premier échantillon de 300 foyers. La densité de compteurs posés n’est pas encore optimale, mais le compteurs communiquent efficacement et l’expérience est positive.

« Nous nous inscrivons dans une démarche d’inclusion sociale, avec un accompagnement des intervenants et des populations concernées. Grâce à notre partenariat avec la Faculté des sciences de la famille de l’Université de Mons, nous avons déjà pu noter la spontanéité avec laquelle les clients nous ont contactés pour prendre rendez-vous pour la pose de leur compteur. Notre travail avec les autorités locales – la Ville de Saint-Ghislain ainsi que le CPAS – nous a également permis d’approcher les citoyens plus facilement », ajoute Olgan Durieux.

Segment: Autorités Publiques